> Secteur Industries manufacturieres

SECTEUR INDUSTRIES MANUFACTURIERES

La production issue de l’industrie manufacturière se décline dans de multiples catégories de produits que l’on retrouve dans des domaines variés allant de la chimie à la métallurgie en passant par le caoutchouc et l’agroalimentaire. Ce secteur central pour notre économie nationale doit désormais faire face à de nouveaux défis pour rester compétitif face à la concurrence internationale.

LISTE DES ACTIVITES FAISANT PARTIE DU SECTEUR INDUSTRIES MANUFACTURIERES

L’activité manufacturière

L’industrie manufacturière est un domaine économique appartenant au secteur secondaire. Cette activité désigne la transformation (physique ou chimique) en nouveaux produits de matériaux, de substances ou de composants. Ces matières premières peuvent provenir de l’agriculture, de la sylviculture, de la pêche ou des industries extractives. Les professionnels du domaine peuvent aussi utiliser des matières premières secondaires issues de la récupération des déchets ainsi que des éléments produits par d'autres activités manufacturières. Sont aussi considérées comme activités manufacturières les opérations d’altération substantielle, la rénovation et la reconstruction de biens. Le travail de transformation effectué dans cette industrie aboutit à un produit fini, prêt à être utilisé ou consommé, ou à un produit semi-fini, qui va entrer dans la composition d’une autre fabrication. Certaines entreprises de cette industrie produisent non seulement des pièces manufacturées mais s’occupent également de leur assemblage, de leur installation, de leur maintenance et de leur éventuelle réparation.

Cet univers regroupe de grands noms de l’économie française, parmi lesquels on retrouve des groupes tels que Sanofi, Total, Airbus Group, Thales, Michelin ou encore L’Oréal. 

Marché de l’emploi

Les contours de ce secteur (qui emploie directement 2,7 millions de personnes) sont complexes à déterminer car l’industrie manufacturière a pour spécificité d’être au cœur d’économies variées. Ces professionnels œuvrent ainsi, entre autres, pour le textile et l’habillement, la fabrication de boissons, l’industrie du papier et du carton, l’imprimerie, la métallurgie, l’informatique, l’électronique, l’optique, l’industrie automobile ou encore la fabrication de meubles. Mais les principaux segments de cette industrie sont avant tout la chimie, le caoutchouc, la pharmacie et les produits agroalimentaires.

Les entreprises de la branche ayant de plus en plus souvent recours à l’intérim, les observateurs ont pu constater un recul de l’emploi direct avec 400 000 postes supprimés en 2015 malgré un regain de la production cette même année. Les segments ayant réussi à endiguer ces pertes d’emplois, et parfois même à en créer, sont l’industrie pharmaceutique et la fabrication de matériel de transport (hors automobile). Dans cette industrie du secondaire, le coût horaire de la main d’œuvre (comprenant salaire brut et cotisations patronales) s’élève à 37 euros de l’heure. On peut noter que l’écart existant avec les entreprises concurrentes allemandes et italiennes, dont les coûts de main d’œuvre sont moins élevés, a été réduit ces dernières années, notamment grâce au CICE, le Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi.

Un nouveau contexte mondial

Véritable ressort de dynamisme économique, l’industrie manufacturière concentre 75% des exportations. Impactée par la crise financière mondiale, elle a pourtant su retrouver en 2015 son taux de marge d’avant 2008. Les entreprises françaises, spécialement dans les biens d’équipements et le matériel de transport, ont réussi à maintenir (et parfois augmenter) leurs prix de vente en profitant de la dépréciation de l’euro, de la stabilité des prix à la consommation et de la baisse du prix des produits pétroliers. Tous les chiffres clés de la branche sont à retrouver dans cette étude de la Direction Générale des Entreprises.

Désormais, ce secteur doit s’adapter à de nouveaux défis industriels en prenant en compte l’évolution de la conjoncture mondiale. Tertiarisation, accélération des avancées techniques, fragmentation des opérations de production, financiarisation, internationalisation des marchés et des productions : l’industrie manufacturière française se transforme en fonction de ce nouveau contexte. Ce n’est d’ailleurs par un hasard si 80% du budget de R&D (Recherche et Développement) dans le privé est investi par les groupes appartenant à ce domaine économique, toujours en recherche de nouveaux moyens de croissance


LE TOP ENTREPRISES

infos Les sociétés les plus plébiscitées par nos visiteurs
Fabrication d'équipements d'aide à la navigation
31120 LACROIX FALGARDE
Fabrication de meubles de bureau et de magasin
58400 CHAULGNES
Fabrication d'équipements électriques et électroniques automobiles
94000 CRETEIL
Fabrication d'articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie
24300 NONTRON
Découpage, emboutissage
94380 BONNEUIL SUR MARNE
Décolletage
35300 FOUGERES
Fabrication d'autres équipements automobiles
28600 LUISANT
Forge, estampage, matriçage ; métallurgie des poudres
56100 LORIENT
Construction aéronautique et spatiale
64100 BAYONNE
Fabrication de biscuits, biscottes et pâtisseries de conservation
34110 FRONTIGNAN
Fabrication d'articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie
03110 ESPINASSE VOZELLE
Fabrication de vêtements de dessous
36320 VILLEDIEU SUR INDRE
Fabrication d'articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie
26100 ROMANS SUR ISERE
Fabrication de machines et d'équipements de bureau (à l'exception des ordinateurs et équipements périphériques)
35340 LIFFRE
Fabrication de biscuits, biscottes et pâtisseries de conservation
49250 BRISSAC LOIRE AUBANCE
Imprégnation du bois
84100 ORANGE
Fabrication de carrosseries et remorques
51200 EPERNAY
Fabrication de matériel médico-chirurgical et dentaire
53500 ERNEE
Tous droits réservés - Manageo | CGV | Mentions légales | Politique de gestion des données | Cookies | Plan du site