LISTE DES ACTIVITES DU SECTEUR SCIENCES ET TECHNIQUE

LISTE DES ACTIVITES DU SECTEUR SCIENCES ET TECHNIQUE

Très concentrées en Ile-de-France, les activités spécialisées scientifiques et techniques relèvent d’un niveau de formation et d’expertise élevé. Les professionnels du secteur interviennent dans de multiples domaines allant de l’audit à la gestion en passant par le droit et les études de marché. 

person standing near the stairs

LE SECTEUR SCIENCES TECHNIQUE

6910Z - Activités juridiques
7010Z - Activités des sièges sociaux
7022Z - Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion
7112A - Activité des géomètres
7120A - Contrôle technique automobile
7211Z - Recherche-développement en biotechnologie
7220Z - Recherche-développement en sciences humaines et sociales
7312Z - Régie publicitaire de médias
7410Z - Activités spécialisées de design
7430Z - Traduction et interprétation
7490B - Activités spécialisées, scientifiques et techniques diverses

6920Z - Activités comptables
7021Z - Conseil en relations publiques et communication
7111Z - Activités d'architecture
7112B - Ingénierie, études techniques
7120B - Analyses, essais et inspections techniques
7219Z - Recherche-développement en autres sciences physiques et naturelles
7311Z - Activités des agences de publicité
7320Z - études de marché et sondages
7420Z - Activités photographiques
7490A - Activité des économistes de la construction
7500Z - Activités vétérinaires

Services aux entreprises

Les activités professionnelles spécialisées, scientifiques et techniques sont des domaines nécessitant un niveau de formation élevé et apportant aux utilisateurs des connaissances et des compétences spécifiques. Les branches appartenant à cette catégorie relèvent de multiples univers et concernent un large éventail de métiers. Parmi eux, on peut notamment citer les activités juridiques et comptables, l’architecture, la médecine vétérinaire, le conseil en gestion, l’ingénierie, les études de marché, la publicité ou encore le conseil en œnologie. Selon une étude publiée par l’INSEE, le chiffre d’affaires global de ce secteur s’est élevé à 224,5 milliards d’euros en 2012 et emploie 1 000 311 salariés en équivalent temps plein.

La branche s’intègre dans le grand pôle économique des services aux entreprises. Ces entreprises B to B (business to business), qui emploient au total plus de 3 millions de personnes, se sont fortement développées depuis le milieu des années 80. La mondialisation et la généralisation des prestataires extérieurs pour certaines missions ont largement contribué à cet essor. Plus récemment, la crise financière mondiale de 2008 a incité de nombreuses structures à se concentrer sur leur cœur de métier. Ce sont ainsi de multiples segments (comme la paie et les achats) qui sont désormais de plus en plus sous-traités.

Des activités très présentes en Ile-de-France

Malgré la délicate conjoncture économique, les activités spécialisées, scientifiques et techniques représentent un secteur porteur d’emploi ; notamment dans les segments de l’ingénierie et de la recherche informatique qui contiennent une majorité de missions jugées difficiles. Selon les données publiées par l’INSEE, 44% de ces professionnels sont des entrepreneurs individuels.

La région Ile-de-France abrite une importante proportion d’entreprises inscrites dans ce secteur d’activité. Ce phénomène géographique s’explique notamment par la grande concentration de sièges sociaux dans l’agglomération parisienne. De plus, les services de prestations intellectuelles à haute valeur ajoutée font eux aussi partie des spécialisations professionnelles existant en Ile-de-France. L’Essonne, par exemple, héberge plusieurs pôles de compétitivité et de recherche. Cette branche de la R&D mais également le conseil en management, les études de marché ou encore l’ingénierie sont des segments du secteur affichant une forte densité localement. D’ailleurs, selon le CROCIS, 24% de l’emploi salarié en Ile-de-France relève du domaine des services aux entreprises.

Métiers de l’audit, de la comptabilité et des ressources humaines

Importants créateurs d’emplois, les segments de l’audit, de la comptabilité et de la gestion génèrent de multiples possibilités de carrières professionnelles ; puisque les structures privées ou publiques, quelle que soit leur taille, sont légalement tenues de tenir une comptabilité. Dans une petite entreprise par exemple un comptable aura pour mission d’enregistrer les recettes et les dépenses de la société afin de produire un bilan comptable annuel. Ce document servira de base de calcul pour l’impôt sur les sociétés. Dans les groupes, un comptable est généralement spécialisé (pour les clients ou les fournisseurs par exemple).   Les cabinets d’expertise comptable sont quant à eux les prestataires privilégiés des entités trop modestes pour avoir un comptable en interne. Pour un certain nombre d’entreprises, l’audit légal est une obligation. Ce professionnel qui peut être un commissaire aux comptes ou un auditeur externe, prépare les documents à destination de l’administration fiscale. Il engage son opinion sur la sincérité des comptes. 4 grands groupes anglo-saxons (surnommés les Big Four) trustent cette activité : Ernst&Young, PricewaterhouseCoopers, Deloitte et KPMG.

Autre catégorie de professionnels nécessaire à la bonne marche de l’entreprise, les spécialistes de ressources humaines gèrent le personnel au quotidien. La préparation des bulletins de paie, l’information sur les droits des salariés, la recherche de nouveaux collaborateurs et la proposition de formations font partie de leurs compétences.  

Shares
Share This