> SECTEUR INDUSTRIES EXTRACTIVES

SECTEUR INDUSTRIES EXTRACTIVES

Essentiellement menées par un petit nombre de multinationales, les industries extractives constituent une filière dont le poids économique est colossal, aussi bien en termes d’investissements que de recettes. 

Minerais, pétrole et gaz

Selon la classification établie par l’INSEE, le secteur économique des industries extractives consiste à extraire des produits minéraux présents à l'état naturel sous forme solide (houille et minerais), liquide (pétrole) ou gazeuse (gaz naturel). En fonction de la localisation de ces matières brutes, que l’on retrouve aussi bien sous terre, en surface que dans les fonds marins, les techniques d’extraction sont différentes. Les entreprises effectuant ces opérations mettent aussi en place un certain nombre de procédés préparant ces produits à la commercialisation comme le concassage, le broyage, le nettoyage, le séchage, le triage, la concentration des minerais ou encore la liquéfaction du gaz naturel. Il est intéressant de préciser que pour les professionnels de ce domaine, le terme de minerai n’a pas uniquement une signification géologique mais aussi un sens technique et économique. Le minerai est, dans ce contexte, une roche minéralisée contenant assez de minéraux (dont des métaux) pour que son extraction soit pertinente d’un point de vue économique. Comme pour les hydrocarbures, d’autres facteurs interviennent pour analyser la valeur des gisements, loin d’être tous homogènes. La qualité du minerai, sa proximité avec la surface, la dureté de la roche, la facilité d’extraction et d’exploitation ainsi que la teneur en matières nocives sont autant d’éléments pris en compte pour évaluer un site.

Si l’on inclut à ce secteur la filière de première transformation de ces matières, l’industrie extractive française génère un chiffre d’affaires annuel de 60 milliards d’euros et emploie directement 207 000 salariés (source : Conseil National de l’Industrie). 

Les acteurs du secteur

Un très faible nombre d’entreprises jouent un rôle significatif dans cette filière. En effet, seule une poignée de multinationales (comme par exemple Total pour le pétrole ou Engie, ex GDF Suez, pour le gaz) sont en mesure d’assumer les colossaux enjeux de la branche. Si l’industrie extractive génère des bénéfices exceptionnels, cette activité est aussi synonyme d’investissements initiaux particulièrement importants et de longues périodes d’exploration puis de développement de projets. Ces groupes doivent aussi faire face à un niveau élevé d’incertitude géologique, à l’instabilité des cours du pétrole et à l’imprévisibilité des coûts. Dans certains pays, pour se voir attribuer des droits d’extraction, une entreprise doit pouvoir présenter des garanties en matière environnementale. A la fin d’un cycle d’extraction, elle doit prendre en charge les coûts de démantèlement et éventuellement l’assainissement des sols et/ou des eaux contaminées. En effet, le caractère épuisable car non renouvelable de matières telles que les hydrocarbures et le gaz suscite de nombreuses problématiques en matière d’écologie. Autre enjeu de taille pour ces multinationales, l’impact social de ces projets pour les populations locales, surtout lorsque le forage ou l’extraction minière se déroule dans des pays à faibles revenus, comme c’est souvent le cas. A l’instar de l’ITIE, plusieurs programmes internationaux ont été mis en place concernant les problématiques de transparence des recettes et le partage des gains avec les acteurs locaux (notamment en Afrique, continent qui concentre 30% des réserves minérales au niveau mondial).  

Une filière historique toujours au cœur de l’actualité

La France a une riche et longue histoire minière, qui a atteint son apogée au siècle dernier.  Mais désormais, pour des raisons géologiques et économiques, cette activité n’est quasiment plus exercée en métropole et nous dépendons presque totalement des importations. Sur les 450 concessions encore valides en métropole, seule une vingtaine sont encore exploitées. En revanche, les territoires d’Outre-Mer restent présents sur ce secteur. La Nouvelle-Calédonie, par exemple, se positionne au deuxième rang mondial (après l’Australie) avec ses 12 millions de tonnes de réserves minières de nickel.

Eminemment politique et souvent polémique, l’industrie extractive est au cœur de multiples débats en France, dont le dernier en date porte sur la question du gaz de schiste. Malgré le fait que les émissions de gaz à effet de serre produites par cette énergie fossile soient inférieures à celles du pétrole ou du charbon, ses détracteurs pointent du doigt la technique de son extraction : la fracturation hydraulique ; c’est-à-dire l’injection sous pression de gigantesques quantités de produits chimiques, d’eau et de sable pour fracturer la roche et libérer le gaz qui se trouve à une grande profondeur. A ce jour, l’extraction du gaz de schiste est interdite en France. 


LE TOP ENTREPRISES

infos Les sociétés les plus plébiscitées par nos visiteurs
Extraction d'autres minerais de métaux non ferreux
97354 REMIRE MONTJOLY
Extraction d'autres minerais de métaux non ferreux
97370 MARIPASOULA
Extraction d'autres minerais de métaux non ferreux
97370 MARIPASOULA
Production de sel
44420 LA TURBALLE
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
87600 ROCHECHOUART
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
94460 VALENTON
Extraction de pierres ornementales et de construction, de calcaire industriel, de gypse, de craie et d'ardoise
97215 RIVIERE SALEE
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
71118 SAINT MARTIN BELLE ROCHE
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
66200 ALENYA
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
28630 BERCHERES LES PIERRES
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
77480 SAINT SAUVEUR LES BRAY
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
34220 SAINT PONS DE THOMIERES
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
26300 CHATUZANGE LE GOUBET
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
33440 SAINT LOUIS DE MONTFERRAND
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
63350 MARINGUES
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
26300 BOURG DE PEAGE
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
75017 PARIS 17
Exploitation de gravières et sablières, extraction d'argiles et de kaolin
64122 URRUGNE
Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo