LES ECHOS.FR LES ECHOS SOLUTIONS
> > Construction de navires et de structures flottantes

CONSTRUCTION DE NAVIRES ET DE STRUCTURES FLOTTANTES(3011Z)

Navire, construction navale

Après avoir souffert des conséquences de la crise économique de 2008, l’activité de construction de navires et de structures flottantes a retrouvé le chemin de la croissance. Désormais, les entreprises de la filière navale française ne voient pas désemplir leurs carnets de commandes.

Construction navale

La construction de navires et de structures flottantes est un univers qui regroupe de véritables paquebots industriels comme Naval Group (ex-DCNS), STX ou le Chantier Naval Couach-CNC. Ces grands groupes, mais aussi la multitude de PME qui constituent cette industrie, construisent des navires de commerce pour le transport des passagers et du fret. Ces navires peuvent être des bateaux de croisière, des cargos, des pétroliers, des méthaniers, des transbordeurs, des bateaux-citernes ou encore des chimiquiers. Ces professionnels de la construction navale peuvent aussi produire des bateaux utilitaires (remorqueurs, dragues…), des navires de guerre, des bateaux de pêche et des navires usines procédant à la transformation du poisson.

Autre pan de cette activité, la construction d’aéroglisseurs (à l’exception des aéroglisseurs de plaisance), de plateformes de forages flottantes ou submersibles, de structures et d’engins flottants (docks flottants, pontons, caissons, bouées, barges, gabares…). La fabrication d’éléments pour la construction de navires et de structures flottantes ainsi que la transformation, la reconstruction et l’équipement de navires et de structures flottantes font également partie de cette activité industrielle qui regroupe 259 entreprises en France.

Une activité qui a retrouvé sa compétitivité

Selon les chiffres publiés par le Cluster Maritime Français, la filière navale française (englobant la construction de navires mais aussi leur réparation) emploie de manière directe 42 000 personnes. L’Hexagone se place au 2ème rang européen et au 6ème rang mondial sur ce marché (civil et militaire confondus). A l’image du gigantisme du Harmony of the Seas, plus gros navire de croisière de l’Histoire sorti des Chantiers Navals de Saint-Nazaire en 2016, les commandes enregistrées par les professionnels du secteur ne cessent de croître.  

Cette bonne santé est d’autant plus notable que la filière navale a subi de plein fouet les conséquences de la crise économique mondiale de 2008. Malgré ces années difficiles et la montée en puissance d’une nouvelle concurrence venue d’Asie, cette industrie (dans son segment civil) a vu son activité en volume augmenter de 15% entre 2013 et 2014. Cette compétitivité retrouvée s’explique non seulement par le savoir-faire français en matière de construction de navires mais aussi par la capacité qu’ont eu certaines entreprises à effectuer des investissements stratégiques. Les Chantiers Navals de Saint-Nazaire ont, par exemple, acquis un portique pour le déplacement rapide de charges plus lourdes et ont demandé à leurs salariés de consentir à des efforts sur les salaires. Ces mesures ont permis d’aboutir à l’embauche de 500 personnes entre 2012 et 2015.

La profession d’ingénieur en construction navale

Ce métier est accessible après un bac scientifique et une école d’ingénieurs (comme par exemple l’Ensta à Paris, l’Ecole Navale de Brest, l’Ecole Centrale de Nantes, Seatech à Toulon…). En fonction de la taille du projet, l’ingénieur en construction navale peut travailler seul ou en équipe, intégré à un service de recherche et développement, en ingénierie ou en production. Ce professionnel peut être spécialisé dans un domaine précis comme les structures en composite, les matériaux, les systèmes de propulsion, l’aménagement intérieur ou l’hydrodynamique. De manière générale, plus le projet de construction sera de grande envergure, plus l’ingénieur aura une fonction spécifique.

Si le groupe Naval Group (DCNS) représente le premier employeur en France pour la construction navale militaire, la construction civile déploie également une multitude de possibilités de carrières. Un chantier artisanal de construction de bateaux de pêche, une entreprise fabriquant des pétroliers ou une petite structure de bateaux de plaisance sont autant d’employeurs possibles pour un ingénieur en construction navale. 

LISTE ALPHABETIQUE DES ENTREPRISES DU SECTEUR CONSTRUCTION DE NAVIRES ET DE STRUCTURES FLOTTANTES

Découvrez les 261 entreprises françaises faisant partie de ce secteur d'activité en cliquant directement sur les lettres ci-dessous :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z 2 3

CLASSEMENT DES ENTREPRISES LES PLUS DYNAMIQUES

Parmi les sociétés du secteur Construction de navires et de structures flottantes pour lesquelles nous disposons d'un bilan, nous avons réalisé un palmarés vous permettant d'identifier facilement les sociétés qui ont généré le plus de chiffre d'affaires sur leur dernier exercice publié.
Accédez ainsi en 1 clic à toutes les informations sur ces entreprises : Bilans, dirigeants, score de défaillance, publications au BODACC, rapports de gestion ou de commissaires aux comptes, ...

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo