LES ECHOS.FR LES ECHOS SOLUTIONS
> > Gestion de salles de spectacles

GESTION DE SALLES DE SPECTACLES(9004Z)

Spectacle,salle,representation

Des petites salles confidentielles aux grands cabarets parisiens en passant par les Théâtres Nationaux et autres Zéniths, le secteur de la gestion des salles de spectacle concerne des espaces et un public variés. Pour garder leur dynamisme dans un contexte difficile, les professionnels de la filière font preuve d’une réelle capacité d’adaptation et de transformation.  

Un segment fort de l’économie de la Culture

L’exploitation de lieux et de salles de spectacle aménagés pour des représentations publiques représente un segment majeur de l’économie de la culture.  En effet, la gestion de salles de concerts, de danse, de théâtre, de cirques ou encore de music-hall, et plus globalement le secteur du spectacle musical et de variété, a généré en 2015 un chiffre d’affaires (direct et indirect) de 4,3 milliards d’euros. Tous les chiffres de la branche sont à retrouver dans l’étude « En scène ! La contribution du spectacle musical et de variété à l’économie française » - Ernst & Young – Septembre 2017. 

Les salles de spectacle sont réparties sur l’ensemble du pays selon un maillage d’une grande densité, aussi bien sur les territoires ruraux que dans les grandes métropoles. Les espaces de représentation artistique affichent des jauges variées (de la petite salle polyvalente aux salles mythiques comme l’Olympia ou l’Opéra Garnier) mais ont comme dénominateur commun d’être à 99 % de petites ou très petites entreprises. Ces entités, qui ne peuvent prévoir à l’avance le succès ou l’échec commercial d’un projet, doivent faire face à des équations économiques complexes et présentent des taux de rentabilité plus faibles que ceux enregistrés dans d’autres segments de l’économie culturelle.

Un changement de modèle économique

En 2015, l’Etat et les collectivités territoriales ont versé 220 millions d’euros à ce secteur d’activité sous forme de subventions.  Pour certaines salles, ces aides publiques constituent une source essentielle de financement.  Les subventions représentent ainsi 72 % des ressources des Théâtres Nationaux (comme la Comédie Française ou le Théâtre National de Strasbourg par exemple). Mais dans un contexte général de diminution des dépenses publiques, cette branche professionnelle tend vers une transformation de son modèle économique.

Pour améliorer les résultats financiers tout en réduisant la dépendance aux subventions, les professionnels du secteur cherchent à développer leurs ressources propres, qui affichent de réelles marges de progression. Certaines catégories de places de spectacle (spectacles de musique classique, ballets, opéras …), dont les prix des billets sont loin d’atteindre les niveaux pratiqués dans d’autres pays, pourraient ainsi faire l’objet de hausses tarifaires. En contrepartie, ces augmentations seraient couplées à une baisse des tarifs pour d’autres catégories de place, ce qui aurait également pour effet d’améliorer l’accessibilité au grand public. Autre piste explorée par les gestionnaires de salles de spectacle : la stratégie du yield management, très courante dans l’hôtellerie et les transports. Il s’agit d’un système de tarification dynamique qui module les prix en fonction du taux de remplissage de la salle.

Une filière qui a su résister

Les attaques terroristes de 2015 ont lourdement atteint l’activité de cette branche professionnelle. Selon l’organisation patronale PRODISS qui représente les principales entreprises du spectacle musical et de variété en France, la perte de fréquentation due à ces évènements tragiques est estimée entre 100 et 130 millions d’euros. De plus, le surcoût sécuritaire qu’ont dû prendre en charge les gestionnaires de salle s’est élevé à 90 millions d’euros. Un fonds d’urgence post-attentats avait été mis en place par l’Etat, la Ville de Paris, le CNV (Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz) et plusieurs sociétés de gestion de droits pour soutenir la filière. Ce sont ainsi 14 millions d’euros qui ont été versés pour renforcer les mesures de sécurité.

Mais comme en témoignent de bons chiffres de fréquentation, les spectateurs ont su retrouver le chemin des salles dans la deuxième moitié de l’année 2016. De plus, les salles relancées en 2016 comme Pleyel ou l’Elysée-Montmartre, mais aussi les Zénith de Province, connaissent un vrai succès.

LISTE ALPHABETIQUE DES ENTREPRISES DU SECTEUR GESTION DE SALLES DE SPECTACLES

Découvrez les 3507 entreprises françaises faisant partie de ce secteur d'activité en cliquant directement sur les lettres ci-dessous :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z 1 2 3 6 9

CLASSEMENT DES ENTREPRISES LES PLUS DYNAMIQUES

Parmi les sociétés du secteur Gestion de salles de spectacles pour lesquelles nous disposons d'un bilan, nous avons réalisé un palmarés vous permettant d'identifier facilement les sociétés qui ont généré le plus de chiffre d'affaires sur leur dernier exercice publié.
Accédez ainsi en 1 clic à toutes les informations sur ces entreprises : Bilans, dirigeants, score de défaillance, publications au BODACC, rapports de gestion ou de commissaires aux comptes, ...

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo