LES ECHOS.FR LES ECHOS SOLUTIONS
> > Commerce de détail de biens d'occasion en magasin

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D'OCCASION EN MAGASIN(4779Z)

développement durable, ventes digitales, magasins physiques, évolution technologique

Commerce de détail de biens d'occasion en magasin, un secteur porteur

Affichant une bonne résistance face au commerce en ligne, le marché des biens d’occasion en magasin trouve un nouveau souffle ces dernières années, notamment grâce à l’engouement des français pour un nouveau type de consommation, davantage axé sur les notions d’économie et de développement durable.  

Les acteurs du marché

En France, le commerce de détail de biens d’occasion en magasin est porté par 15 251 entreprises dont les 5 plus importantes sont SAS Aristophil, Artcurial SAS, Aucoffre.com, Applicat et Galerie Lelong SA. Le secteur concerne les livres d’occasion, les antiquités, d’autres biens d’occasion et les activités des centres de vente aux enchères (en commerce de détail).

Le marché de l’occasion est mené par différents acteurs. Tout d’abord, on retrouve les dépôts-ventes. Ces magasins dépositaires des biens d’occasion stockent les produits que les déposants (des particuliers) leur ont confiés pour les vendre. Dans ce système, les vendeurs ne sont payés que si l’article est revendu, contrairement aux « achats-ventes », accord selon lequel les professionnels achètent directement aux particuliers les biens d’occasion dont ils souhaitent se séparer. Des enseignes telles que Planète Cash ou Cash Converters ont bâti leur succès sur ce concept, dans lequel les particuliers repartent immédiatement avec un paiement. La filière est aussi portée par un réseau d’antiquaires qui vendent des meubles d’occasion après les avoir authentifiés et restaurés. Enfin, l’activité des brocanteurs reste un pan incontournable de ce marché. 

Une activité qui a changé d’image

La vente au détail de biens d’occasion en magasins est très fortement concurrencée par le commerce en ligne. En effet, certains sites, tels que Le Bon Coin, ont complètement révolutionné ce marché. Néanmoins, l’apparition et le dynamisme de ces ventes digitales ont aussi eu un effet positif sur l’activité des acteurs traditionnels du marché. Comme le souligne l’étude Xerfi « La distribution de biens de consommation d’occasion. Analyse du marché et des tendances de consommation Initiatives des spécialistes et objectifs des nouveaux entrants », l’achat d’occasions a complètement changé d’image, notamment grâce à la nouvelle tendance insufflée par le digital sur ce marché. Désormais, les Français plébiscitent les achats d’occasion, aussi bien en ligne qu’en magasins physiques.

Plusieurs arguments sont cités par l’étude (publiée en 2015) pour expliquer cet engouement. Tout d’abord, pour 12% des français, acheter d’occasion n’est pas un choix mais une nécessité économique. Mais, parmi les consommateurs disposant de revenus moyens ou importants, la possibilité d’acquérir un bien inaccessible au prix du neuf, la capacité d’améliorer son pouvoir d’achat, et les évolutions technologiques qui rendent très vite obsolètes certains types de biens de consommation, sont des paramètres  qui expliquent ce phénomène. La tendance actuelle vers une consommation plus responsable et vers le recyclage a également changé les mentalités. La vente et l’achat d’occasion, comme le troc, deviennent, pour de nombreux français, des gestes citoyens et écologiques.

Des perspectives favorables

Toujours selon l’étude Xerfi, entre 2013 et 2015, le chiffre d’affaires des magasins de biens d’occasion a augmenté (en volume) de 3,8%. En 2015, les ventes de ces boutiques se sont élevées à 5,8 milliards d’euros, ce qui représente 1% de la globalité du commerce de détail. Les observateurs du secteur attendent une croissance de ces résultats dans les prochaines années, dans la mesure où 47% des Français n’ont pas encore franchi le pas de l’achat d’occasion. Il reste donc une importante marge de progression. Les opérateurs traditionnels représentent toujours 70% du marché et affichent donc une bonne résistance face aux cybermarchands.  

Pour poursuivre leur développement, les grands réseaux de dépôt-vente et d’achat-vente sont nombreux à s’inscrire dans une stratégie de franchise. Cette solution leur permet une croissance rapide tout en améliorant leur visibilité. Les concepts de ces magasins, souvent localisés en centres-villes,  peuvent être généralistes ou s’orienter vers une catégorie de produits plus ciblée (livres, jeux vidéo d’occasion, petit électroménager …). 

LISTE ALPHABETIQUE DES ENTREPRISES DU SECTEUR COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D'OCCASION EN MAGASIN

Découvrez les 15121 entreprises françaises faisant partie de ce secteur d'activité en cliquant directement sur les lettres ci-dessous :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 2 3 4 5 6 7 9

CLASSEMENT DES ENTREPRISES LES PLUS DYNAMIQUES

Parmi les sociétés du secteur Commerce de détail de biens d'occasion en magasin pour lesquelles nous disposons d'un bilan, nous avons réalisé un palmarés vous permettant d'identifier facilement les sociétés qui ont généré le plus de chiffre d'affaires sur leur dernier exercice publié.
Accédez ainsi en 1 clic à toutes les informations sur ces entreprises : Bilans, dirigeants, score de défaillance, publications au BODACC, rapports de gestion ou de commissaires aux comptes, ...

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo