> > Construction de réseaux pour fluides

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX POUR FLUIDES(4221Z)

reseau, electricite, eau

Le développement des réseaux de toutes sortes constitue certainement la marque du début du XXIe siècle. Mais bien avant l'ère de l'informatique et des téléphones portables, la construction de canalisations a mobilisé une grande part des capitaux dévolus aux travaux publics.
En France métropolitaine, les conduites assurant l'adduction et l'évacuation de l'eau, généralement mises en place au siècle dernier, s'étendent sur une longueur représentant quatre fois la distance Terre-Lune. Cette seule comparaison suffit à révéler l'ampleur pharaonique du secteur de la construction et de l'entretien des réseaux pour fluides.

Les premiers réseaux fluides : la distribution de l'eau comme modèle

Le transport de l'eau par canalisation joue incontestablement le premier rôle, à tous points de vue, dans l'émergence d'un secteur industriel fondé sur la construction des réseaux fluides. Les balbutiements de cette industrie correspondent à ceux de l'agriculture irriguée, avant même le début de l'Antiquité. Au XVIIe siècle, la fameuse machine de Marly alimentant les fontaines des parcs royaux constitue l'une des premières applications de ce que l'on peut déjà appeler l'ingénierie hydraulique.

Au XIXe siècle, la révolution industrielle a entraîné l'accroissement de la consommation d'énergie tout en diversifiant les sources de cette dernière. C'est ainsi que le réseau gazier parisien s'ébauche dans la décennie suivant la mort de Napoléon, d'abord pour les besoins de l'éclairage urbain, puis pour ceux du chauffage.

Le même XIXe siècle finissant voit le développement des premiers oléoducs pour le pétrole et bien sûr les premières mailles du réseau électrique.

L'efficacité des réseaux fluides est telle que l'on s'efforce encore aujourd'hui de liquéfier des produits solides pour leur faire emprunter ces voies. C'est en particulier le cas du charbon qui, finement broyé et mélangé à de l'eau, donne un produit aisément transportable que l'on nomme slurry.

Un domaine d'activité partagé entre grands groupes et filiales spécialisées

Les grands groupes dominant la distribution de l'eau en France sont souvent les plus anciens. Ainsi Veolia descend en droite ligne de la Compagnie Générale des Eaux, créée sous le Second Empire pour doter les grandes villes françaises de réseaux d'eau potable performants.
De même la création de Suez est-elle contemporaine de l'ouverture du fameux canal reliant par l'eau, depuis 1869, Méditerranée et mer Rouge.
La Saur, le troisième grand groupe français du génie civil quant aux constructions de réseaux pour l'eau, a été fondé dans les années 30 pour alimenter initialement les communes rurales de l'ouest. La Saur a connu ensuite diverses vicissitudes qui l'ont conduit un temps dans le giron de l'empire Bouygues.

Ces groupes spécialisés dans la gestion de l'eau possèdent des filiales dédiées à la pose des réseaux, ainsi SADE pour Veolia et Cise TP pour la Saur.

Les multinationales géantes du BTP, aux activités diversifiées, possèdent également toujours au moins un département consacré à la distribution des fluides. Sogéa, marque associée à l'hydraulique, et Spiecapag, filiale opérant de gigantesques chantiers de pipelines, sont par exemple toutes deux propriétéspecel du groupe Vinci.

Un secteur d'activité dont le carnet de commandes ne désemplit jamais

Le BTP est, on le sait, une branche d'activité très dépendante de la conjoncture économique globale. Pourtant, en cas de récession, la construction de réseaux pour fluides s'inscrit souvent à contre-courant du recul observé dans les entreprises du bâtiment. À cela deux raisons principales en France.

La première est la nécessité de moderniser les réseaux existants. Le remplacement des vieilles canalisations en plomb ou en amiante-ciment, la transformation des réseaux pour les rendre "intelligents", c'est-à-dire pilotés et surveillés à distance par l'informatique... sont autant de modalités par lesquelles passent cette modernisation.

Le constant besoin d'entretien des structures de distribution d'eau explique enfin la relative bonne santé des entreprises du BTP opérant dans les réseaux pour fluides lors des périodes de difficultés économiques. Le travail est en effet colossal, puisque l'équivalent de 300 000 piscines olympiques s'échappe chaque année des conduites de distribution endommagées. Ainsi, une étude de 2014 réalisée par l’Observatoire national des services d’eau et d’assainissement estimait que 20% de l’eau potable était gaspillée à cause de la vétusté des canalisations. Cet énorme chantier ne fait donc que commencer, et le prix de l’eau n’a pas fini d’augmenter pour le financer.

Les limites du marché de la construction de réseaux pour fluides

Aussi réelle qu'elle soit, la résistance prêtée plus haut au secteur malgré la mauvaise santé de l'économie et du BTP est à nuancer. Tout d'abord, il est évident que la construction des réseaux va pâtir d'une conjoncture défavorable diminuant les mises en chantier de l'immobilier neuf, même si les répercussions de celle-ci sur les réseaux souterrains seront atténuées.

Deuxièmement, la question du financement de la rénovation des réseaux, en même temps que la volonté des pouvoirs publics, se pose avec acuité. Les textes rappelant les compétences des collectivités locales dans la gestion de l'eau obligent ces dernières à financer leurs réseaux par un système de redevances à la charge des administrés.
Les rares exceptions mentionnées se heurtent de toute façon aux contraintes budgétaires et notamment à la diminution des dotations de l'État aux collectivités.

Finalement, même si les entreprises du secteur réalisent les deux tiers de leur chiffre d'affaires en Europe, leurs meilleures perspectives de croissance résident dans les pays en développement. Encore faut-il que leur assise financière et logistique leur permette d'honorer des contrats souvent gigantesques. À ce jeu de la concurrence internationale, les mastodontes du secteur sont logiquement favorisés.

LISTE ALPHABETIQUE DES ENTREPRISES DU SECTEUR CONSTRUCTION DE RÉSEAUX POUR FLUIDES

Découvrez les 1057 entreprises françaises faisant partie de ce secteur d'activité en cliquant directement sur les lettres ci-dessous :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Z 2 3

CLASSEMENT DES ENTREPRISES LES PLUS DYNAMIQUES

Parmi les sociétés du secteur Construction de réseaux pour fluides pour lesquelles nous disposons d'un bilan, nous avons réalisé un palmarés vous permettant d'identifier facilement les sociétés qui ont généré le plus de chiffre d'affaires sur leur dernier exercice publié.
Accédez ainsi en 1 clic à toutes les informations sur ces entreprises : Bilans, dirigeants, score de défaillance, publications au BODACC, rapports de gestion ou de commissaires aux comptes, ...

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo