> > > Impression en entreprise et RSE : l'économie impossible ?
Actualités

Impression en entreprise et RSE : l'économie impossible ?

Publié le 14.09.2021
Mis à jour le 14.09.2021
Partager :
Impression en entreprise et RSE : l'économie impossible ?

D'après une idée qui demeure jusqu'à aujourd'hui très ancrée, les impressions en entreprise et le développement durable seraient inconciliables.

Les chiffres de l'ADEME à cet égard s'avèrent édifiants : les salariés en France consomment chacun jusqu'à 85 kg de papier par an, soit l'équivalent de 3 ramettes et 2 arbres abattus par mois. Bien que ce chiffre soit préoccupant, force est d'admettre que les papiers remplissant nos bureaux n'ont forcément pas leur part de responsabilité dans la déforestation, comme beaucoup le pensent. Et une étude réalisée par Quantis atteste que leur impact écologique serait moindre, en comparaison avec celui du numérique.

Dans l'Hexagone comme en Europe, de plus en plus de papiers proviennent d'une pâte issue majoritairement du bois d'élagage et d'éclaircies forestières, mais également de chutes, de scieries et de plaquettes. En d'autres mots, ces papiers émanent de forêts gérées dans une optique de développement durable et ont fait l'objet d'une labellisation. En moyenne, 40% des papiers utilisés en France sont composés de 60% de fibres recyclées, le reste étant des fibres neuves. Certains sont même 100% recyclés.

Bien que l'impression d'un document, de quelque nature qu'il soit, nous amène à consommer des ressources naturelles, il est bel et bien possible de limiter à leur strict nécessaire les opérations d'impression de papier. Ainsi, les entreprises d'aujourd'hui sont de plus en plus nombreuses à être convaincues du fait que l'impression est l'un des leviers majeurs qu'elles pourront activer pour minimiser leur impact écologique. Par conséquent, elles ont fait le choix de s'inscrire dans la démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) en gérant de manière écoresponsable leurs impressions.

RSE : de quoi parle-t-on exactement ?

La RSE ou Responsabilité sociétale des entreprises se rapporte à un concept dans lequel une entreprise intègre volontairement dans ses activités et interactions avec l'ensemble des parties prenantes les préoccupations environnementales, économiques et sociales. Elle axe ainsi son fonctionnement dans des pratiques aussi durables qu'éthiques, et contribuent par conséquent à l'amélioration de notre société ainsi qu'à la préservation de notre planète. Autrement dit, elle joue la carte de la contribution aux enjeux du développement durable en s'engageant dans une démarche RSE.

Pour considérer la responsabilité sociétale d'une entité, quels que soient sa taille et le secteur dans lequel elle évolue, 4 performances doivent faire l'objet d'une évaluation : sa performance économique, sa performance sociale, sa performance sociétale et sa performance environnementale. Cela étant dit, elle doit booster sa performance globale en ayant un développement économique qui respecte l'environnement et accompagne le progrès social. L'entreprise doit également inclure son territoire dans cette démarche. Pour y parvenir, elle doit décliner sa démarche en 7 piliers répondant à la norme ISO 26000 :

  • la gouvernance de la structure,
  • les droits humains,
  • les conditions et relations de travail,
  • la responsabilité environnementale,
  • la loyauté des pratiques,
  • les questions relatives au consommateur et à la protection du consommateur,
  • les communautés et le développement local.

En répondant à sa responsabilité sociétale grâce à ces différents piliers, en plus de réussir sa transition écologique et sociale, l'entreprise peut booster la productivité de ses collaborateurs, minimiser certains coûts, mobiliser et motiver ses équipes et travailler son image de marque.


Pourquoi les impressions relèvent-elles de la responsabilité sociétale des entreprises ?

Parmi les initiatives qu'une entreprise devra prendre durant le déploiement de sa démarche RSE figure la gestion écoresponsable de ses impressions papier. Et pour cause, cela représente un challenge capital, compte tenu des conséquences désastreuses qu'engendre quotidiennement le gaspillage de papier.

Ce défi est également collectif, car l'ensemble des collaborateurs est concerné. Il est également concret, car on peut le relever facilement en adoptant les bonnes pratiques.

Zoom sur l'impression sans reliure

La reliure fait avant tout référence à toutes les étapes allant de l'assemblage des feuillets constituant un document selon l'ordre des pages jusqu'à la mise en place d'une éventuelle page de couverture.

Impression en entreprise : la reliure n'est forcément pas incontournable

Il est tout à fait possible d'imprimer l'ensemble des documents destiné à une communication en entreprise sans être obligé de passer par cette étape de finition qu'est la reliure. C'est notamment le cas lorsqu'une entreprise souhaite imprimer un document ne comportant qu'une seule feuille de papier, en recto seul ou en recto verso. Il peut s'agir par exemple d'une affiche publicitaire, d'un poster, d'un flyer ou prospectus, d'une carte de visite ou carte d'affaires, d'une carte de fidélité, d'un marque-page, d'une affichette, d'un mémo ou d'une enveloppe…

Il en est de même pour les plaquettes commerciales et dépliants publicitaires. Bien que ces documents comportent plusieurs volets et pages, ils ne comportent en réalité qu'une feuille unique que l'on plie de différentes façons (simple, roulé, économique, croisé, fenêtre, accordéon…).

L'impression sans reliure peut aussi être envisagée lorsqu'on désire imprimer un document composé de plusieurs feuilles de papier, si ce dernier n'a pas vocation à créer une forte impression auprès des clients et prospects. Cela dit, tout ouvrage qu'une entreprise utilise en interne peut être imprimé sans reliure, par exemple les supports de formation et certains catalogues de produits.

Pourquoi opter pour l'impression sans reliure ?

L'atout majeur de l'impression sans reliure est qu'elle est financièrement intéressante. Les entreprises qui optent pour cette alternative peuvent réaliser d'importantes économies sur leurs coûts d'impression. Agrafée, collage-pliage, blocs détachables, dos carré collé, cousue, Wire-O ou spirale métallique, à vis… Les nombreuses options de reliure génèrent un coût pouvant parfois peser lourd sur le budget d'une entreprise. Cela est d'autant plus vrai lorsque la reliure permet un rendu aussi créatif que hautement qualitatif. Les frais d'impressions sont automatiquement revus à la hausse lorsque l'on fait le choix d'ajouter une page de couverture qualitative à son ouvrage.

En s'affranchissant de l'étape de la reliure, on évite d'avoir à réimprimer dans son intégralité l'ouvrage ainsi imprimé à chaque fois que l'on met à jour certaines pages. C'est le cas pour les supports de formation et catalogues produits, ou encore les textes légaux. Sans reliure, ces documents permettent aux entreprises de les faire évoluer au gré de leur envie. Pour ce faire, il leur suffit de mettre à jour chaque page concernée sans avoir à effectuer des actions supplémentaires.


Démarche RSE : comment pratiquer l'impression écoresponsable ?

Conscients des impacts environnementaux de leur activité, de nombreuses entreprises, en France comme ailleurs, s'efforcent autant que possible de les réduire au maximum. C'est pourquoi elles sont nombreuses à s'engager dans une démarche RSE. Pour répondre à leur responsabilité sociétale et réduire par la suite leur empreinte écologique, ces entreprises ont mis en œuvre de nombreuses actions, dont la remise à plat des habitudes d'impression de leurs équipes. Voici quelques conseils sur ce que vous devez entreprendre pour réussir le déploiement de votre politique d'impression écoresponsable dans le cadre de la démarche RSE de votre entreprise.

Privilégiez le papier recyclé

Qu'il s'agisse d'imprimer une affiche, un dépliant, une brochure, une plaquette commerciale ou un support de formation, l'usage de papier recyclé permet à toute entreprise de réduire l'impact environnemental de son activité, ne serait-ce que sensiblement. Un papier est dit recyclé à partir du moment où sa composition en matières fibreuses provenant des journaux, cartons et papiers usages, ou encore des chutes industrielles est supérieure à 50%. Pour certains papiers recyclés, ce pourcentage peut aller jusqu'à 100%. On parle en l'occurrence de papier qui n'a fait l'objet ni d'un blanchiment ni d'un désencrage ni d'autres opérations supplémentaires visant à modifier ses caractéristiques intrinsèques.

100% recyclé ou non, le papier recyclé a l'avantage de valoriser les vieux documents et cartons, mais aussi de réduire drastiquement les polluants. Il contribue de surcroît à la réduction des besoins en bois, mais également à la maîtrise de la consommation d'eau et d'énergie. Autrement dit, il relève du concept de l'économie circulaire selon lequel on crée de nouvelles valeurs en faisant des déchets une ressource à part entière.

Pour imprimer ses documents de manière écoresponsable, les entreprises ont le choix entre deux familles de papier recyclé. La première regroupe les papiers dits "blanchis" qui se distinguent par leur rendu qui ressemble à s'y méprendre à celui des papiers traditionnels. Il en est de même pour leur toucher et leur blancheur.

La deuxième englobe les papiers recyclés les plus écologiques qui existent : les papiers 100% recyclés baptisés "offset". Un papier offset sort de l'ordinaire grâce à son aspect "recyclé" qui se révèle plus apparent. Étant donné qu'il n'a subi aucune opération de blanchiment ou de traitements, sa couleur se rapproche de l'écru. Le papier présente aussi des micro-imperfections ainsi qu'un toucher relativement rêche. Blanchi ou offset, le papier recyclé peut donner vie à plusieurs types de documents sans reliure.

Papiers certifiés, une excellente alternative

Une entreprise peut également imprimer de manière écoresponsable avec des papiers certifiés PEFC et/ou FSC. Ces certifications attestent leur production par des organismes qui participent à la gestion durable des forêts et donc le respect des fonctions environnementales, sociales et économiques de ces dernières. Plus précisément, ces papiers écoresponsables contiennent du bois issu de l'entretien des forêts et de l'éclaircie, des cimes non utilisées pour la menuiserie et la charpente, mais aussi des sous-produits de la première transformation du bois.

Ils contiennent par ailleurs des cartons et papiers récupérés leur apportant des caractéristiques spécifiques : résistance, blancheur, imperméabilité, opacité…

Préférez les papiers écoresponsables à faible grammage

Ce détail peut sembler anodin certes, mais plus le grammage d'un papier est faible, moins il sera gourmand en matières premières. Un papier souple réduit aussi à son strict nécessaire la dépense énergétique liée à son transport et réduit le poids des envois effectués par l'entreprise.

Misez sur les cartouches à base d'encre végétale

Plus écologiques que leurs homologues dont la structure est d'origine minérale (issu d'hydrocarbures pétroliers), les encres végétales contiennent des substituts aux composés chimiques potentiellement néfastes. Elles sont notamment à base d'huiles végétales (huile de palme, de noix de coco, de lin, de colza…) et ont la particularité d'être facilement biodégradables. Leurs caractéristiques en font des produits pouvant limiter les composés organiques volatils polluants.

En matière de qualité d'impression, les encres végétales n'ont rien à envier à leurs homologues minérales : meilleur transfert, couleurs plus intenses et brillantes, etc.

Pensez aux cartouches d'encre rechargeables

Au-delà de la rentabilité à la clé, investir dans des cartouches d'encre rechargeables, c'est aussi faire le choix d'agir en faveur de la nature. Réutilisables autant de fois que possible, ces cartouches réduisent significativement la quantité de déchets engendrés par leur réceptacle. Voilà pourquoi leur utilisation doit faire partie des bonnes pratiques que toute entreprise doit adopter dans le cadre du déploiement d'une politique d'impression écoresponsable. Pour les recharger, il est recommandé de solliciter un spécialiste en la matière pouvant garantir un remplissage complet et parfait.

Ne jetez pas vos cartouches en fin de vie

Plutôt que de jeter sans réfléchir vos cartouches classiques en fin de vie, n'hésitez pas à les déposer en point de collecte ou à les envoyer à un prestataire spécialisé dans la remanufacturation des cartouches d'encre. Dans tous les cas, les cartouches seront récupérées, puis traitées en fonction de leur état. Si celui-ci est relativement bon, elles auront une seconde vie et pourront être revendues en tant que cartouches remanufacturées. En revanche, si leur remanufacture n'est pas envisageable, alors elles sont dirigées automatiquement vers les solutions de traitement appropriées.

Maîtrisez vos impressions

En procédant ainsi, vous pouvez non seulement prétendre à de substantielles économies sur vos frais d'impression, mais également rendre vos impressions plus respectueuses de notre planète. Pour ce faire, il est conseillé de programmer vos machines pour qu'elles impriment par défaut en mode brouillon, en recto verso et en niveaux de gris. La programmation de vos imprimantes doit aussi permettre à votre entreprise d'avoir un aperçu automatique de chaque document avant son impression.

Il convient par ailleurs de planifier la mise en veille des équipements au moment où ils sont les plus inactifs. Pour maîtriser vos impressions, il est aussi conseillé de réduire si possible les formats des documents et d'utiliser une police moins gourmande en encre. Il faut en outre s'abstenir d'imprimer les e-mails et les pages web (celles-ci comportent souvent beaucoup d'images et leur mise en page est parfois catastrophique), tout en privilégiant la dématérialisation de l'envoi des documents.

Sources :

 
UN SERVICE ÉDITÉ PAR  Manageo - bilans des entreprises
Tous droits réservés - Manageo | CGV | Mentions légales | Politique de gestion des données | Cookies | Plan du site