> > > General Electric : 1 000 emplois supprimés à Belfort
Actualités

General Electric : 1 000 emplois supprimés à Belfort

Publié le 29.05.2019
Mis à jour le 04.06.2019
Partager :
General Electric : 1 000 emplois supprimés à Belfort

Le conglomérat américain GE, fondé en 1892, a annoncé fin mai 2019 la suppression de 1 044 emplois dans son usine de Belfort où sont employés 4 300 personnes.

L’activité du gaz est le secteur le plus touché avec la suppression de 792 postes (sur 1 900). Ces suppressions d’emplois sont dues à l’effondrement des commandes de turbines à gaz. 252 emplois seront supprimés dans le secteur des fonctions supports (informatique, comptabilité ...) Ces suppressions de postes représentent un quart des effectifs du groupe du département.

En 2015, la société avait acquis la branche énergie d’Alstom avec l’accord du ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron. GE avait alors promis la création de 1 000 emplois

 

Le groupe General Electric avait acheté la branche turbine à gaz d’Alstom en 1999. Ce secteur, qui est aujourd’hui le plus touché par les suppressions de postes, ne faisait donc pas partie de ces engagements.

 

Cette annonce a provoqué l’indignation des politiques de la région et des employés du site.
Ces suppressions atteignent le millier d’emplois, il y aura des incidences sur la sous-traitance et les commerces.

Néanmoins, Emmanuel Macron a déclaré, que « Le gouvernement est à l'œuvre et les engagements qui avaient été pris par General Electric devront être tenus ».

 

Bruno Le Maire a indiqué au député du Territoire de Belfort,

« Oui, nous sommes prêts à nous battre à vos côtés. C'est un coup dur pour Belfort, bien sûr, mais c'est un coup dur qui vient tout simplement de l'effondrement des commandes de turbines à gaz ».

 

Le Ministre de l’Economie et des Finances a rappelé qu’un fond de versement a été financé par General Electric en compensation des emplois non crées en 2015. Le site de Belfort pourrait bénéficier de ce fond de revitalisation s’élevant à 50 millions d’euros. Ce fond servirait pour trois branches : l’aéronautique, le démantèlement des centrales nucléaires et l’hydrogène.

 

Le ministre a évoqué des pistes pour les employés touchés par ces suppressions d’emplois.

« Nous ferons en sorte que certains d'entre eux puissent retrouver une place chez Alstom dans la construction du TGV du futur ».

 

Le site de Boulogne-Billancourt serait aussi touché, mais à une faible échelle, avec la suppression de 50 emplois. Celui de Chonas-l’Amballan, en Isère, serait vendu.

Cette annonce tombe mal pour le gouvernement, après les difficultés accumulées avec Ford Blanquefort, Arjowiggins, Ascoval, … Mais il s’inscrit dans une vague de désindustrialisation de la France qui semble bien difficile à enrayer.

 

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, s’est rendu sur le site de Belfort, le 4 mai 2019, afin de rencontrer des élus locaux et des représentants de salariés. Il a annoncé la création d’un comité de suivi et a appelé General Electric à réduire les suppressions d’emplois en investissant à Belfort dans l’activité aéronautique.

« Son plan social doit être amélioré (…). Il est important que General Electric revoie sa copie »

 

 
UN SERVICE ÉDITÉ PAR  Manageo - bilans des entreprises
Tous droits réservés - Manageo | CGV | Mentions légales | Politique de gestion des données | Cookies | Plan du site