LES ECHOS.FR LES ECHOS SOLUTIONS
> > Action sociale sans hébergement n.c.a.

Action sociale sans hébergement n.c.a. (8899B)

travailleurs sociaux, hébergement, maison de quartier, chômeur de longue durée, chômeur

Action sociale sans hébergement, des professionnels de l’aide et du conseil

Menée par des travailleurs sociaux, professionnels du conseil, de l’aide et de l’écoute, l’action sociale sans hébergement est un secteur qui se déploie dans de multiples types de structures, allant des maisons de quartier aux caisses d’allocations familiales en passant par les hôpitaux et les centres de protection maternelle et infantile. Les entreprises privées et les organismes publics qui mènent ce type d’activités s’adressent à des publics variés ayant pour dénominateur commun de vivre une situation de difficulté, qu’elle soit passagère (chômage, maladie …) ou permanente comme le handicap, ou la perte d’autonomie liée à l’avancée en âge.

Les différentes activités concernées

Regroupant en France 56 464 entités économiques, l’action sociale sans hébergement concerne de nombreuses activités. On retrouve ainsi dans cette catégorie les conseils d’économie domestique, les conseils conjugaux ou familiaux, les services en matière de crédit à la consommation et d’endettement, les activités sociales (au niveau des quartiers et des collectivités) et l’aide aux victimes de catastrophes, aux immigrés ou encore aux réfugiés, en incluant l’hébergement transitoire offert à ces populations. Ce domaine professionnel concerne aussi la réadaptation professionnelle et la réinsertion des chômeurs, à la condition que ces activités ne comportent qu’un élément pédagogique limité, la détermination des droits à l’aide sociale, aux bons d’alimentation ou aux allocations de logement. Enfin, les activités des centres de jour pour les sans-abri (et d’autres catégories de personnes démunies) et les œuvres de bienfaisance telles que la collecte de fonds ou d’autres activités apparentées relevant des œuvres sociales sont également intégrées à ce segment de l’action sociale.

Les entreprises Yoopala Services, Carte Blanche Partenaires, Retraite Plus, Eduniversal et la SARL du Sanctuaire sont les structures les plus dynamiques de ce marché.

Economie solidaire et sociale

Selon le CNCRES (Conseil National des Chambres Régionales de l’Economie Sociale), avec le segment du médico-social, l’action sociale est un secteur comptant 1,8 millions d’emplois (en grande majorité des postes salariés), ce qui représente 7% des actifs.  De manière plus globale, en France, l’économie sociale et solidaire est portée par 2 millions de salariés. Cet environnement englobe les associations, les fondations, les mutuelles, les coopératives et les entreprises qui allient action sociale et activité économique.

Ces structures doivent répondre à des besoins en hausse. En effet, l’allongement de la durée de la vie et le difficile contexte économique général, créant de nouveaux besoins sociaux, contribuent à accentuer une situation de pénurie de travailleurs sociaux dans certaines régions (comme l’Ile-de-France notamment). Longtemps principalement géré par des bénévoles ou des organismes publics, le secteur tend à se professionnaliser et les entreprises privées prennent une part grandissante sur le marché. Ainsi certains postes autrefois accessibles par promotion de carrières sont maintenant ouverts aux professionnels de la gestion et du management.

Focus sur le métier de conseiller en économie sociale et familiale

Parmi les nombreux métiers inscrits dans l’univers de l’action sociale sans hébergement, le conseiller ou la conseillère (ce poste est très féminisé) en économie sociale et familiale a pour rôle d’aider les familles en difficulté morale ou financière. Ce professionnel du social a aussi une mission d’animation pour favoriser l’insertion des personnes isolées. Il peut agir avec des chômeurs de longue durée, des migrants, des personnes âgées ou encore de jeunes ménages. La moitié de ces conseillers travaille dans le privé, le reste étant salarié des organismes sociaux comme les caisses d’allocations familiales, l’assurance maladie ou encore les foyers de jeunes travailleurs. Les hôpitaux, les offices de HLM, les maisons de retraite et les centres d’hébergement pour migrants et réfugiés peuvent aussi être des employeurs pour cette catégorie professionnelle.

Pour accéder à ce métier, la formation se déroule en deux étapes. La première consiste en l’obtention d’un BTS économie sociale et familiale. Ensuite, il est nécessaire de réussir le diplôme d’Etat de conseiller en économie sociale et familiale

Liste alphabétique des entreprises du secteur Action sociale sans hébergement n.c.a.

Découvrez les 56543 entreprises françaises faisant partie de ce secteur d'activité en cliquant directement sur les lettres ci-dessous :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 1 2 3 4 5 7 9

CLASSEMENT DES ENTREPRISES LES PLUS DYNAMIQUES

Parmi les sociétés du secteur Action sociale sans hébergement n.c.a. pour lesquelles nous disposons d'un bilan, nous avons réalisé un palmarés vous permettant d'identifier facilement les sociétés qui ont généré le plus de chiffre d'affaires sur leur dernier exercice publié.
Accédez ainsi en 1 clic à toutes les informations sur ces entreprises : Bilans, dirigeants, score de défaillance, publications au BODACC, rapports de gestion ou de commissaires aux comptes, ...

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Tous droits réservés - Manageo